Rechercher :



SOS MAMANS



Imprimer

Journal de bord (suite 18)


Mercredi 26 décembre 2007

Nous sommes « inondés » de naissances, toutes autour de noël : Prune-Marie le 16 décembre,  Romain le 18 décembre,  Axelle le 20 décembre, Marine le même jour, Brittany le 22 décembre, Jean-Noël le 24 décembre, Louis le 25 décembre… Nous avions sauvé ces bébés et leurs mamans au printemps 2007. Chacune des mamans reçoit à la naissance la prime de 225 Euro promise lors de notre engagement initiale face à la jeune femme enceinte. - En plus, il y a une autre jeune prostituée des pays baltiques - la 3e en 17 jours ! – Svjeta, 17 ans. Elle partira, comme les deux précédentes (toutes se connaissaient !) par notre même système, ce mercredi soir. Elle avait été alléchée par une pub dans les journaux baltiques, et lors de l’entretien consécutif sur place on lui a fait miroiter de devenir « mannequin à Paris ». Elle a vite atterri dans la prostitution-esclavage, la pire de toutes, celle organisée par des maqueraux russes…

Samedi 29 décembre 2007

L’année se termine pour nous par un merveilleux évènement, 1 jour après la Fête des Saints Innocents de Bethléhem : un baptême SOS MAMANS. En fait c’est la petite Laetitia, de Farah, née déjà il y a deux ans, qui est devenue enfant de Dieu par le baptême catholique, donné par notre aumônier depuis le départ, l’abbé de Tanoüarn (aujourd’hui Centre St Paul à Paris, de la toute nouvelle congrégation « du Saint Pasteur » établie par Benoît XVI). Après la cérémonie il y avait une galette des rois au sous-sol, où nous avons entouré la petite Laetitia et sa maman par une douzaine de personnes de SOS MAMANS. C’est la plus belle chose qui peut nous arriver : sauver un bébé, et ensuite pouvoir assister un jour à son baptême… , « ET LA JOIE SERA GRANDE AU CIEL », commente l’Evangile. C’est la 2ème naissance du même bébé, après celle pour la terre celle pour le ciel. D’ailleurs, Dieu, pour le baptême, procède par un immense respect, avec une délicatesse toujours neuve : il demande au bébé – ou à ses parrains s’il est trop petit - s’il veut du baptême, s’il veut de la Vie Eternelle. La vie naturelle, Dieu l’accorde sans demander, et nous aussi nous la sauvons sans trop demander à sa maman, parfois en poussant même un peu à coups de sommes trébuchantes s’il le faut…, mais la vie surnaturelle, c’est une affaire d’une délicatesse infinie, véritablement divine. Cela se consent librement auparavant entre Dieu et l’être humain concerné. Il est vrai qu’un sauvetage SOS MAMANS consiste à sauver une vie NATURELLE qui est déjà donnée (!), mais le baptême est l’arrivée d’une toute nouvelle vie jamais donnée auparavant à ce bébé : la vie ETERNELLE. Le bébé entre – librement - dans la vie intérieure de Dieu le Père, le Fils et le Saint Esprit. Et là, tout est amour et liberté. Quelle merveille ! Dieu, aidez nous à mener nos sauvetages avec votre délicatesse prodiguée lors du baptême, la première marche sur le magnifique escalier vers Vous !

31 janvier 2008

C’est étonnant. Nos sauvetages de bébé surviennent comme le Bon Dieu le souhaite et le donne. Et ils arrivent parfois même « groupés » par catégorie. Ainsi nous avons pu rencontrer depuis fin septembre 2008 au total 6 jeunes filles enceintes des pays baltiques et Belarus, prostituées de 17 à 21 ans, et nous avons pu les renvoyer toutes chez elles, ou au moins chez un membre de leur famille, une fois même chez une babouchka, et toujours par nos chemins à nous (camions) :Tanya, Oxana, Ljouba, Svjeta, Olga et Karina Elles sont toutes arrivées à l’est, saines et sauves, la dernière – Karina - cette semaine même. Nous le savons puisque nous leur confions chaque fois une carte téléphonique spéciale leur permettant de nous rappeler à l’arrivée, et dans les mois après pour un suivi minimal. Six mamans plus six bébés, cela fait 12 êtres humains en danger de mort (du corps pour le bébé, de l’âme pour sa maman) sauvés. - En plus nous sommes tombés sur notre enième ‘esclave d’ambassade’, Aurélia, elle est comme la plupart d’entre elles de nationalité philippine. C’était par la filière de notre première esclave il y a un an : une vieille dame qui habite en face d’une ambassade étrangère (toujours africaine ou asiatique) à Paris, qui observe donc facilement les va-et-vient et à laquelle le contact dans la rue avec des jeunes filles soupçonnées d’être esclaves est quasiment naturel. Cette bonne dame venait cette fois directement chez nous en taxi, n’ayant même pas pris de rendez-vous avec nous auparavant, tellement l’action fut rapide, en amenant Aurélia, 17 ans, en mini-jupe et pullover léger, sans rien d’autre sur elle, toujours dans le souci de ne pas se faire remarquer en fuyant. Il fallait la loger tout de suite, loin de Paris. Chose dite, chose faite. L’hébergeuse choisie a déjà actuellement 3 jeunes filles enceintes SOS MAMANS chez elle, et elle a pris cette quatrième. Nous ne voyions aucune autre solution sur le moment, pour cet accueil le lendemain même. En plus elle est venue la chercher en voiture, 300 km aller et 300 km retour. Nous avons vite procuré à Aurélia les vêtements nécessaires, l’argent de poche, et elle est partie là-bas, tout en restant en contact avec nous. Dieu soit loué pour ces Bons Samaritains – ou Bonnes Samaritaines millésime 2008 ! – En dehors des « groupes » catégorielles, c’est-à-dire les prostituées et les esclaves, nous avons notre lot normal de jeunes filles ou jeunes femmes que nous rencontrons sur les trottoirs, dans les bus, cafés, métros, labos, pharmacies… ou alors parce qu’elles nous contactent sur une recommandation de bouche à l’oreille, la plupart des cas par une jeune maman dont nous avions déjà sauvé le bébé. Et de paire vont les naissances arrivant, selon une règle établie par le Bon Dieu Lui-même, avec précision sous 9 mois maximum : actuellement nous avons 1 à 2 naissances par semaine. Et c’est chaque fois la fête : coup de téléphone de l’hôpital, visite là-bas avec un petit bouquet de fleurs et un paquet de chocolat sous les bras – et une enveloppe de 225 Euro, notre prime habituelle au moment de la naissance du bébé déjà tant aimé. Voici les noms des derniers bébés nés ces jours-ci : Maddie, André, Clémence, Marina, Cerise, cette dernière étant née le 26 janvier…Nous sommes à notre 405e bébé sauvé, en 12 ans. Le Royaume de Dieu, c’est aussi simple que ça. « Il était une fois un Samaritain qui allait de Jérusalem à Jéricho … » Ce sont de vrais miracles, et selon l’Evangile, les miracles sont le signe de l’arrivée toute proche du Royaume de Dieu. Ce sont les ‘signes du temps’ que nous sommes invités par Jésus à scruter.

 

Cher lecteur, chère lectrice,

vous faites partie de nos donateurs ou coopérants, et nous nous faisons une joie de partager avec vous, par le biais des extraits de notre 'Journal de bord', nos joies et nos peines. Ce 'Journal' devient un monument de l'espérance, prouvant que le crime de l'avortement peut être vaincu par la charité chrétienne.  Nous sommes fiers et heureux de vous savoir de nos côtés. Restez y, s'il-vous-plaît!

SOS MAMANS (UNEC), BP 70114, F-95210 Saint-Gratien, sosmamans@wanadoo.fr , www.radio-silence.tv (rubrique SOS MAMANS)

 

 

 

 



Retour à la liste Sos Maman

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]