Rechercher :



SOS MAMANS



Imprimer

Hiver 2016/2017 (Jdb suite 73)


JOURNAL DE BORD, suite N° 73 – Hiver 2016/2017

DSC_4420_1.jpg Baptême d’un bébé sauvé (photo : UNEC)

Mercredi 19 octobre 2016

Un mot pour les baptêmes difficiles à obtenir après un sauvetage d’un bébé.

Certains de nos donateurs insistent fortement sur la nécessité de baptiser « nos » enfants sauvés. Nous le savons bien, mais c’est très difficile. Ces jeunes filles – et déjà leurs parents – sont souvent très éloignés de toute pratique religieuse chrétienne, même en Bretagne et au Beaujolais. Et quand il s’agit d’autres religions, notamment musulmane, il faudrait carrément demander d’abord leur propre conversion. Et là nous nous heurtons à un mur. L’évêque melchite (uni à Rome) d’Amman/Jordanie nous a confié sur place il y a une quinzaine d’années : « Les conversions ici sont quasiment impossibles. J’ai 72 ans, mais je n’ai connu dans ma vie qu’une seule conversion à N.S. Jésus Christ ; tous les autres baptêmes d’adultes, s’il y en avait, ont été demandés par intérêt, par exemple pour obtenir plus facilement une bourse pour étudier dans une université jésuite en Californie/USA… Nous avons tout essayé. J’ai installé 4 sœurs au coeur d’une grande ville au nord du Liban, et aujourd’hui, 10 ans après, elles sont devenues les anges du quartier, aimées par tous, mais pas une seule conversion à la foi catholique ! » Et il poursuivit : «  Il faut comprendre que l’Islam est comme une triple armature forcée pendant de longs siècles sur ces pauvres gens : la violence, la concupiscence et le mensonge. Ils en sont comme ensorcelés, obsédés. »

Un prêtre auquel nous avons récemment parlé de notre tristesse de voir si peu de baptêmes entre nos bébés sauvés, nous a dit ceci : « Mais c’est déjà admirable ce que vous réussissez, avec la grâce de Dieu, auprès de ces jeunes mamans ! Sauver une vie, c’est absolument extraordinaire, et vous en avez sauvé des centaines ! Maintenant ne demandez pas encore plus, en voulant aussi obtenir leurs baptêmes. Sachez que nous mobilisons parfois un monastère entier pour obtenir une seule conversion, et vous voulez obtenir cela dans la foulée pour des centaines de vies sauvées ? »

C’est vrai, une conversion est une chose tellement énorme qu’elle est presque inimaginable, miraculeuse, seulement possible à Dieu. Les gens sont enfermés, embourbés, dans leur vie habituelle, y compris leurs mauvaises habitudes, un peu comme ces Musulmans. Pour sortir de cette armature, il faut un courage et une force héroïques. L’Eglise, dans sa sagesse, sait que son expansion se fonde surtout sur le baptême des enfants dans les familles catholiques, et seulement de façon aléatoire aussi par des conversions. Ainsi l’Allemagne, pays majoritairement protestante depuis sa réunification en 1990, est redevenue récemment un pays majoritairement catholique, par le seul fait que les Catholiques, pourtant peu pratiquants, font encore plus souvent baptiser leurs enfants que les Protestants. Le baptême des enfants est la base de vie de l’Eglise.

Nous ne perdons pourtant pas le courage et nous parlons à toutes nos petites mamans du baptême, même si ce serait un miracle si la jeune maman l’acceptait pour son bébé, ce qui est déjà arrivé. Il paraît que les miracles personnels – faits de Dieu – sont aussi nombreux que les étoiles du ciel… Et puis, l’Esprit Saint ne suivra-t-il pas « nos » bébés, sauvés avec Son secours, d’un Amour tout à fait particulier tout le long de leur vie ? Nous en sommes convaincus, et nous confions à Dieu, avec notre impatience, notre désir de leurs baptêmes.

Samedi 17 décembre 2016

Une donatrice nous écrit : « J’ai avorté mon 3ème enfant, j’ai demandé à nouveau un 3ème et je l’ai reçu (j’avais trop de remords). Mais je ne vous raconte pas les horreurs qui ont suivi sur mes petits enfants ! Rien ne se perd. On paye de génération en génération, et de vie en vie… » (A.M.S.) - Madame, le pardon divin, en confession, vous rendra plus blanche que la neige, c’est ce que nous révèle notre divine foi catholique ! Et nous osons croire que ce pardon s’étendra jusqu’à vos petits enfants !

Veillée de noël, 24 décembre 2016

Un grand donateur nous écrit : « Bonjour à tous ! Comme vous le voyez, je soutiens (modestement) SOS MAMANS sans adhérer aux autres activités de l’UNEC. La raison est que je ne suis pas chrétien… J’aiderais SOS MAMANS même si elle émanait de Marxistes ou de Musulmans ! Et je me demande pourquoi ce n’est pas le cas ? Et surtout pourquoi seule une infime minorité de Chrétiens se consacrent à cette action ? Ce que vous faites est admirable et le fait que vous êtes seuls à le faire, selon ce que je vois, met en évidence l’horreur de la société dans laquelle nous vivons… Bonne Année ! » - Voici une partie de notre réponse : « Nous avons beaucoup d’amis de votre genre, on pourrait les appeler les ‘Chrétiens anonymes’ selon l’expression du pape Benoît XVI. La France, en effet, n’est pas aussi déchristianisée que cela, vous en êtes la preuve: quand on présente une vraie action de charité, les cœurs s’ouvrent, les coopérateurs accourent, le feu de la véritable charité éclate et se propage… Par exemple toutes nos dix dames « hébergeuses » sont non-pratiquantes sauf une seule. De même nos chauffeurs de taxi parisiens, nos passeurs vers la Russie (pour sauver nos prostituées russes enceintes vers leur patrie), etc.  Courage, cher Monsieur, et continuez à chercher le Christ Sauveur en pratiquant sa Charité divine, et vous Le trouverez !»

Samedi 31 décembre 2016

Revenons à notre petite maman Amanda (il faut relire son calvaire quotidien que nous avons résumé en juin 2015 dans notre « Livre de bord », pages 231 et 232…). Amanda n’a toujours pas réussi à sortir de sa misère, en dépit de nos maintes aides. Elle a maintenant trois jeunes enfants, dont le premier, Marie, est atteinte aux poumons et doit respirer la nuit avec un appareil. Là elle nous annonce qu’elle est tombée enceinte de nouveau, mais elle est toujours sans conjoint. Elle hésite entre l’avortement et … le suicide. Et voilà que nous la rencontrons de nouveau, avec des blessures partout : un gros macaron sous l’oeuil, l’épaule et une main enveloppées d’énormes pansements qu’on lui a appliqués aux urgences de l’hôpital . La raison ? En fouinant dans les poubelles pour trouver quelque chose à manger, elle s’est fait violemment attaquer « par 3 noirs et 2 arabes » qui l’insultaient pour avoir touché aux poubelles en la tabassant suivant leur bon plaisir. C’est ignoble de voir les pauvres attaquer les pauvres, et en plus les plus pauvres de toutes, les petites mamans enceintes en situation précaire essayant de survivre ! En dépit de nos efforts depuis plusieurs années pour la sortir de son enfer, en lui proposant notamment un déménagement en province où nous avions déniché un château pour l’accueillir et qu’elle a visité avec nous, Amanda est trop faible pour prendre des décisions fermes et pour s’arracher de sa triste situation. En dépit de tout cela nous continuons notre soutien depuis des années, cette fois-ci en lui confiant 500 Euro : pour la crèche (200 E), pour l’appareil de Marie qui doit être rechargé tous les mois (100 E), pour ses médicaments (100 E), et un peu pour manger (100 E). Et que Dieu fasse le reste ! Certains auxquels nous racontons l’histoire d’Amanda nous conseillent « de la laisser tomber », voire de l’aider à se faire stériliser pour éviter des nouvelles grossesses. Mais nous croyons fermement en Dieu et sa Miséricorde, et en la salubrité de ses préceptes. En plus les pauvres sont nos rois. En attendant le nouveau petit bébé – sauvé - grandit dans le sein de sa mère, Deo gratias !

Mardi 17 janvier 2017

Nous voyons avec grand intérêt la naissance en France d’un nouveau parti politique « Civitas » qui se veut totalement catholique, notamment par rapport à la Vie et la Famille. Nous les encourageons, forts de nos propres expériences avec AMEN pendant les 8 dernières années. Notre conviction était dès le départ qu’il faut arriver à fonder un parti à 100% catholique et sans compromis dans ce pays où encore 70% de la population est baptisée suivant les statistiques. Entre temps c’est fait : c’est donc l’association Civitas qui s’est déclarée parti politique en 2016. Deo gratias ! Encore faut-il du courage pour se jeter dans la bataille, présenter des candidats, se battre pour les sièges des élus. Nous aurons aidé à préparer le chemin et prouver la viabilité d’un tel projet. Par ex. aux élections régionales 2010 en Ile-de-France il fallait 226 candidats, ce que nous avons réussi avec la « Liste chrétienne » formée avec nos amis de Solidarité-France, avec  des résultats variables de 1,9% des voix à Paris XVI et XVII, jusque 4,7% à Versailles etc. C’est dur, mais c’est le seul chemin pour déboulonner les partis établis qui sont pratiquement tous sans ou contre Dieu, en leur enlevant les sièges un par un. Le Protestant Donald Trump l’a fait, contre le « système », donc nous autres Catholiques aussi nous pouvons et devons le faire. La lutte contre l’avortement passe aussi par l’arène politique, et ceux qui ne veulent pas entendre parler de cela cachent mal leur lâcheté. – Nous avions donc écrit à M. Escada, président du parti Civitas, si nous pouvons être sûrs de leur détermination sans compromis avant de recommander leur parti. Il nous a répondu ceci : « Notre intention est bien de mener un combat catholique, pro-vie et pro-famille sans concession. A ma connaissance, il n’y a aucun autre parti que Civitas, parmi ceux qui envisagent de se présenter aux élections législatives, qui a inscrit à son programme l’abrogation de la loi Veil ainsi que l’abrogation de la loi Taubira AVEC EFFET RETROACTIF. » Avec effet rétroactif ? C’est génial d’aller jusque là. Car si aujourd’hui l’avortement est reconnu assassinat, eh bien hier c’était assassinat aussi, et logiquement les malfaiteurs d’hier doivent être poursuivis, y compris et surtout les promoteurs de l’avortement dans les rangs des gouvernants, députés, médecins, juges, hospitaliers, pharmaciens… et pourquoi pas aussi des évêques qui n’osent pas défendre jusqu’au risque de leur vie les plus pauvres des pauvres, les bébés pas encore nés ?

Vi__tnam.jpg

Voici comment un prêtre au Viêtnam fait honorer au cimetière les bébés avortés. Quel message ! R.I.P.

Cher lecteur, chère lectrice,

vous faites partie de nos donateurs ou coopérants, et nous nous faisons une joie

de partager avec vous, par le biais des extraits de notre 'Journal de bord',

nos joies et nos peines. Ce 'Journal' devient un monument de l'espérance,

prouvant que le crime de l'avortement peut être vaincu par la charité chrétienne.

Nous sommes fiers et heureux de vous savoir à nos côtés. Restez y, s'il-vous-plaît!

Vous faites véritablement partie de l'équipe de SOS MAMANS, merci, et en avant!

SOS MAMANS (UNEC), BP 70114, 95210 Saint-Gratien, Tél./fax/rép. 0134120268

unec.sosmamans@gmail.com - site Internet: www.radio-silence.tv (rubrique SOS MAMANS)

Dons immédiats possibles par carte de crédit (via Paypal) sur la page d'accueil de notre site

www.radio-silence.tv



Retour à la liste Sos Maman

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]